Avant ils crachaient le feu …. mais ça c’était avant !

Sous l’Empire les dragons constituent la cavalerie de ligne d’abord considérés comme cavalerie légère puis lourde. Ils peuvent combattre à pied et à cheval et sont dotés d’un fusil et non d’une carabine en plus du grand sabre droit. Leur origine se perd dans la nuit des temps, ce type de troupe étant déjà connu dans l’antiquité (sans le fusil of course). Sous l’Empire on compta jusqu’à 31 régiments de dragons, une majorité a servi en Espagne.

Le 19éme à Elchingen d’après Girbal.

Un trompette du 4éme en 54mm par mes soins.

Mais revenons à nos moutons. Je poursuis donc le mise en couleur des dragons d’une boite Perry miniatures dans le cadre de la règle « Drums et Shakos », règle traduite en français depuis 2 ou 3 ans. Je rappelle qu’il s’agit d’une règle de skirmish nécessitant une douzaine de figurines de part et d’autre.

Voilà 2 dragons du 21éme en tenue Espagne c’est à dire marron et 1 dragon du 5éme.

Ma petite troupe 28mm s’étoffe donc. J’ai largement assez de figurines pour jouer la règle D and S.

Je pense terminer la boite un jour (il y a en effet 13 cavaliers et 8 dragons à pied dans cette boite). Comme pour les hussards je peins des éléments de divers régiments l’idée n’étant pas de constituer des unités pour reconstituer des batailles.

Publicités
Publié dans Non classé

Avant mes Aztéques étaient tranquilles …. mais ça c’était avant !

C’était avant que je ne reçoive trois pochettes de conquistadors fuyant l’Angleterre avant le brexit. J’appréhende d’ailleurs l’impact de ce dispositif sur notre petit commerce de plomb.

Les marins de Cortès. J’ai traité leurs socles en « maronnasse » car, vu leurs trognes, je peux les assimiler à des pirates afin de meubler le bâtiment que j’ai fabriqué durant ma convalo. Du gazon sur le rafiot ça ne le ferait pas !

Un commandement. J’ai doté le porte étendard d’un drapeau castillan.

Une unité de couleuvriniers, de quoi impressionner les pauvres Aztèques.

Ces figurines sont des Outpost écossaises. Comme évoqué dans un billet précédent, elles sont un peu rondelettes ce qui se voit moins sur les figurines aztèques de la gamme. Reste en chantier une unité de hallebardiers.

Publié dans Non classé

Avant on ne cherchait pas midi à quatorze heures … mais ça c’était avant !

La Légion du midi ou légion piémontaise voit le jour en 1803 comme l’une des quatre légions étrangères de l’armée napoléonienne. Elle devait se composer de 3 bataillons de ligne à 5 compagnies, de 2 bataillons de légère et d’une compagnie d’artillerie.

En 1805, après avoir servi dans les Caraïbes, les unités piémontaises de la légion  ont été renumérotées en 1er et 2eme bataillons à 9 compagnies de la Légion du midi. Cependant les bataillons ne comptèrent guère plus de 800 hommes. En 1807 le 1er bataillon est transféré à Bayonne puis dans les troupes de Junot pour la campagne du Portugal. En 1808 le 2eme bataillon rejoint. Les bataillons passent alors à 6 compagnies. La légion fut dissoute en 1811. Sa grosse particularité est qu’elle est dotée d’un habit veste marron et que tous ses fantassins portent le sabre briquet.

Un carabinier et des voltigeurs d’après Boisselier

Un fusilier des compagnies du centre.

J’utilise pour la première fois des figurines CGM  (http://www.campaign-game-miniatures.com/ . Cette marque espagnole (sise à Barcelone)  propose de belles figurines 15mm de la taille des AB. Elles sont parfois, dans la gravure,  un peu moins nettes que les AB mais pour de petits détails, elles ne nécessitent aucun ébarbage. Les chevaux sont très corrects même s’ils n’ont pas tout à fait le naturel des AB. La gamme est intéressante mais ne comporte ni les armées espagnoles ni celles des états de la confédération du Rhin. Par contre les alliés des Anglais sont bien représentés (Hanovre, Orange Nassau, Brunswick …). Et surtout, pour cette qualité elles sont pratiquement deux fois moins chères que les AB. (0,47 € le fantassin et 1,10 le cavalier contre 0,8 € et 1,60 pour AB), de plus le service est ultra rapide. Je recommande donc.

Voilà le 1er bataillon de la légion du midi (comme on peut le voir écrit sur son drapeau !) commandé ici par Joseph Napoléon en personne.

Les bonnets d’ourson semble-t-il en dotation chez les carabiniers sont, pour l’instant, bloqués chez le fournisseurs mais ils arrivent. Cependant cette compagnie aurait pu  être dotée du shako car il apparaît en 1806 et sera modifié en 1810.  Je recyclerai cependant la compagnies de grenadiers pour être conforme au dessins de Boisselier.

Publié dans Non classé

Avant je n’en avais plus du tout …. mais ça c’était avant !

Je n’en avais plus …. mais je viens d’en retrouver une plaque de 8 dans une boite oubliée. Donc pour aujourd’hui voilà deux arbalétriers  et deux soldats croisades qui arrivent en renfort.

Le vernis brillant des boucliers donne finalement un rendu peu flatteur (pour le peintre).

Voilà une vue d’ensemble de l’unité d’arbalétriers que j’ai commencée il y a plus de 2 ans. Heureusement qu’il n’y avait pas urgence.

Publié dans Non classé

Avant, on se méfiait de certaines montures ….. mais ça c’était avant !

Et il y avait de quoi si j’en crois leurs trognes ! Je continue donc mon voyage dans les terres du milieu avec cet escadron de wargs chers à la communauté de l’anneau.

Bon, les cavaliers ne paraissent pas plus avenants !

Je vais poursuivre ma visite « du seigneur des anneaux » avec quelques figurines dépariées qui traînent encore dans mes boites.

Publié dans Non classé

Avant j’avais un stock de « mythic battle » non peint …. mais ça c’était avant !

En effet voilà les 2 dernières figurines des boites « mythic battle » en ma possession.

Atlas, le titan qui porte la terre sur son dos. Énorme figurine de 10 cm de haut courbée soit 12 ou 13 debout, la plus grosse de la série.

   https://mythologica.fr/grec/atlas.htm

Porter la terre c’est bien mais il faut se protéger !

L’œil est un peu larmoyant, je vais voir ce que je peux faire de mieux ! Je soupçonne un brin de colère.

Dans le mille ! voilà Pan mi-homme mi-chèvre. Dieux des bergers, des prés et des bois. Abandonné par sa mère tellement il était laid à la naissance.

  https://mythologica.fr/grec/pan.htm

Inventeur de la flûte qui porte son nom et coureur de jupons invétéré.

Je vais changer de registre cet hiver avec ma souscription à « Jeanne d’ ARC », des boites pleines de 15mm et d’éléments de décors.

Publié dans Non classé

Avant on disait : « Hanovrien, vaurien » … mais ça c’était avant !

La Légion hanovrienne est un corps militaire créé en 1803 par Napoléon suite à l’entrée du général Mortier dans l’électorat du Hanovre (propriété de la couronne britannique).  Deux ans furent nécessaire pour l’organiser d’autant que la plupart des soldats de l’électorat ont fui vers l’Angleterre et se sont enrôlés dans la King German Légion. . La légion (1/2 bataillon en fait) part pour la France en 1806 ; elle participe à la guerre d’Espagne ( son effectif ayant été renforcé par des Westphaliens) et elle se bat essentiellement au Portugal . Elle se distingue une dernière fois à Fuentes de Onoro en mai 1811 où elle subit le feu des Français qui l’ont prise pour des Anglais à cause de son uniforme rouge , avant d’être dissoute et ses éléments éparpillés dans les unités françaises (beaucoup ont déserté pour rejoindre la King German légion après la fessée reçue par Junot au Portugal).

La légion devait, à l’origine,  être composée d’un bataillon d’infanterie légère et d’un régiment de chevaux légers.

Hanover; Hanover Legion in French Service, Fusilier, Fourier & Grenadier in Spain

Le bataillon d’infanterie légère se compose de 6 compagnies : 2 dites d’élite (les carabiniers et les voltigeurs et 4 compagnie du centre, les chasseurs. L’image propose ici des tenues 1811)

L’uniforme rappelle bigrement le 2éme régiment suisse. Mix de figurines « old glory » (figurines aux postions parfois bizarres et aux détails pas nets) et d’une marque espagnole.

Charge de 2 escadrons de chasseurs espagnols. Figurines « battle honours » . De vrai 15 dirait l’excellent Touller … donc petits , vraiment petits !

De même que pour le bataillon de Neuchatel et les horses guards, j’ai peint avec les Hanovriens deux escadrons de chasseurs volontaires espagnols. Il semble que ces derniers aient été produits par M. Barton avant qu’il ne lance la gamme AB. On reconnait bien sa gravure fine et précise mais les figurines sont très petites , difficile à peindre et très fragiles.

Publié dans Non classé
Commentaires récents
Captain yapudo dans Avant les pirates sévissaient…
captain yapudo dans Avant les loisirs s’arrêtaient…
Captain yapudo dans Avant les loisirs s’arrêtaient…
captain yapudo dans Avant on l’appelait…
gbouts dans Avant « noir c…