Ensate Acies ! (Serrez les rangs) – saga CSO ! –

 LA SAGA D’UN CLUB :                                       LES CENTURIONS DU SUD OUEST ou C.S.O.

 Episode 1 : Les premières années des C.S.O.

Adepte de la règle « la flèche et l’épée » version V, le club se développe durant les années 80 via ses premières manifestations publiques dont une particulièrement mémorable qui eut lieu dans une salle prêtée par la mairie de Bordeaux en octobre 81. Parrainée par Jean Michel Hautefort qui descendit à Bordeaux pour l’occasion (avec une grosse pochette de Huns Citadel destinée à votre serviteur), cette manifestation fit bondir nos effectifs d’un bon tiers avec l’arrivée de futurs piliers qui défendront plus tard les couleurs du club devant de nouveaux partenaires (clubs amis, collectivités locales etc.)

coupures de presse

Coupures de presse de l’époque

Nos figurines de l’époque : 2 Lamming, 3 Garrison et 1 minifigs

Les années 80 voient un essor sans précédent du wargame français. Jusque là cantonnés autour de Paris, des clubs voient le jour dans les grandes villes, Bordeaux certes mais aussi Toulouse, Montpellier, Grenoble et beaucoup d’autres. Mal bien français chacun y va de sa règle  (les C.S.O. aussi) mais certains se regroupent ce qui donnera une plus grande notoriété à leurs productions.

Années 80, après un départ en solo avec une « flèche et épée bis » les C.S.O. se rapprochent du club de Toulouse et proposent maintenant une règle  antico-médiévale commune laquelle aura même une certaine notoriété nationale : KADESH est arrivée. Elle aura « pignon sur rue » pour les 15 prochaines années.

Kadesh (ici V3), le produit phare du club !!

Le « napoléonien » est juste approché avec des figurines TERANA plates et une version napo de la règle antique le tout concocté par un de nos membres devenu prof d’histoire on l’aurait parié ! Elle s’appelait : « des pyramides à Waterloo ».

Bilan du club :  une vingtaine d’adhérents, seule la période antico-médiévale est vraiment couverte, toutes les figurines sont des 25 mm, une manifestation annuelle se tient chaque année à l’automne : ANTIKA, nous y reviendrons. Le club édite une revue interne : VICI, nous en reparlerons aussi.

Anecdote : à cette époque un de nos membres possédait suffisamment de « soldats médiévaux STARLUX » pour reconstituer des batailles sur le sol de sa salle à manger avec bombardes tirant vraiment !! Du très lourd !

Episode 2 : Les moments forts des années 80

C’est durant ses premieres années que le club aura le privilège de faire des rencontres qui le marqueront à jamais.

En premier les hommes (parfois très jeunes), le club voit l’éclosion de talents et offre à des passionnés de figurines  jusqu’alors isolés l’opportunité de visualiser leur imaginaire.

Il en va ainsi de Claude « Durinus » aussi talentueux peintre que stratège qui ne demandait qu’à s’exprimer. Il rejoint le club à l’occasion du meeting de Sontay en 81. Il en va ainsi de Philippe « ticketdebus » 15 ans à l’époque qui fait les beaux jours des « méga bastons » (comme il les nomme) du sud ouest. Qui n’a pas vu les immenses surfaces de jeux (toutes époques) de Phil, ses joueurs en costumes, ses flottes pirates écumant des îles improbables. Gloire à toi, « Yapudo »!

Présents dés la fondation.

Présents dés la fondation.

C’est aussi la rencontre en fin des années 80 d’Alain Touller. Tout le monde le connait je présume mais savez vous qu’il fut longtemps membre des C.S.O. et l’approvisionneur du club en figurines 25mm en premier puis 15. Alain outre son grand talent de graveur dessine remarquablement (crayon et sanguine). Il illustra plusieurs numéros de la revue du club : VICI.

Somosierra vu par A Touller

Somosierra vu par A Touller

Esquisse en vue de son projet 15 mm Ottomans

Esquisse en vue de son projet 15 mm Ottomans

Beaucoup d’autres sont passés suivant le fil de leurs études ou de leurs activités professionnelles. Qu’importe ce qu’ils sont devenus, ils ont tous apportés quelque chose à un moment où à un autre. L’un une règle, l’autre un esprit, il reste le plaisir de les avoir connus. Si quelques uns se reconnaissent qu’ils envoient un petit mail au vieux centurion, il aime bien se plonger dans le passé !

C’est aussi durant ces années que les C.S.O. font la connaissance du club des « Chevaliers de St Gilles » de Toulouse. Une vraie complicité s’instaure entre les membres des 2 associations.  Alain Turpin, Stéphane, Patrice, Hubert, Pascal, Thierry, Domi et tous les autres, nous vous devons le succès de la manifestation annuelle des C.S.O.,  ANTIKA, qui regroupa en son meilleur temps une vingtaine de tables de jeux.  De cette relation naîtra aussi KADESH la règle fétiche des 2 clubs.

Un des premiers ANTIKA

Un des premiers ANTIKA

 Episode 3 : les publications internes de l’époque

Si les années 80 voient l’éclosion de nombreux clubs français (le premier club anglais date de 1964), elles voient surtout des clubs particulièrement  dynamiques conforter leur communication via des supports qui leur sont propres. De fait, la province ne veut pas être en retard sur Paris qui regroupe déjà une dizaine d’adresses. Les C.S.O. sont très en pointe dans cette opération car ils proposent dés 82 VICI  la « revue du club » (feuille de choux d’abord mensuelle puis bimestrielle).

Numéros des années 90

Numéros des années 80, première version

VICI se caractérise par une typologie d’articles que les adhérents retrouvent systématiquement au fil des numéros.

On y retrouve par exemple des listes d’armée au chapitre : « la meilleure armée, c’est la mienne », des comptes rendus de rencontres sous « j’ai piétiné dans la mêlée » et des informations club sous  » les confidences du gégéne ». Le tout est illustré par des dessins plus ou moins réussis fournis par des adhérents.

Un exemple

Un exemple du à l’ami Durinus qui jouait une armée Han ce jour là.

Le « bulletin du club » a été distribué jusqu’en 1997 soit durant 15 ans. Merci à Mrs  Moucheboeuf et C. Thorin qui nous dessinèrent les couvertures. A ce sujet, un quiz, d’après vous qu’elle est la couverture de M Moucheboeuf et qu’elle est celle qui a été réalisée par M Thorin * ?

La deuxième version

La deuxième version

Durant la période, d’autres supports sont également à signaler : un adenta à VICI qui sortit épisodiquement  fin des années 90 et aussi le bulletin propre à la règle « Kadesh » intitulé « MARATHON » qui fut proposé et suivi par le « club de l’escargot rouge de Bourges ».

Le petit frére de VICI fin des années 90 début 2 000

Le petit frère de VICI fin des années 90 début 2 000

Le bulletin "spécial KADESH"

Le bulletin « spécial KADESH »

Cet épisode ne serait pas complet si je ne mentionnais pas le bulletin de notre club partenaire de Toulouse. Il s’appelait « l’OST ».

L'OST avec ses articles historiques fouillés.

L’OST avec ses articles historiques fouillés.

* C Thorin greffier au tribunal maritime de La Rochelle nous a aussi fait partager la règle napoléonienne    » Panache et culotte de peau » version manuscrite de la première règle développée par Mrs Pierre Fouré et Christian Terana deux papes du napo. des années 70/80. Je suis en possession d’un exemplaire manuscrit de la chose, je me propose de la dactylographier lorsque je serai à la retraite, pour que vive la mémoire.
Episode 4 : KADESH et les règles

Sans contexte, « de Kadesh à  Jérusalem » dite « Kadesh » fut la règle de la décennie tout au moins pour l’Occitanie. Plusieurs clubs l’adoptèrent, elle n’eut cependant que peu d’échos dans la région parisienne qui lui préféra des versions « maison » même si certaines frôlèrent le copier/coller. Kadesh eut au final 6 versions car hélas « on meurt ou on s’adapte ». Une approche « plaquettes » la tua définitivement au début des années 2000.

Une des premières versions

Une des versions

En fait, KADESH découle de la « flèche et l’épée » règle anglaise traduite dans les années 70 par J.M Hautefort et que l’on pouvait se procurer à l’époque dans sa boutique parisienne « jeux de guerre diffusion ». Sur Bordeaux, A. Marrot la déclina d’abord en R.O.L.A.S.O. acronyme impressionnant pour « règle officielle de la ligue du Sud Ouest ». Nous étions 3 donc déjà une ligue. La fonction du « A » m’échappe !

Notre rencontre avec les « chevaliers de Saint Gilles » devait relancer Kadesh en la modernisant. Avec le recul, on peut dire qu’il s’agissait d’une règle complexe au réalisme pointu mais difficile d’accès ce qui n’est plus dans l’air du temps. Le système de jeu Kadesh s’arc boutait sur des actions dites au quart de période et le retrait des figurines toutes les 20 pertes. Nous étions là très loin des formules récentes aux mouvements globalisés. Par contre,  les armées Kadesh avaient « un look » avec suffisamment de figurines sans friser certaines pléthoriques versions qui écartent d’office les petits budgets.

Mais combien de parties Kadesh n’a-t-elle pas soutenue ?

Juste un mot de S Dekramer de Toulouse  sur le sujet :  » Quel plaisir de revoir ces tables de jeux !!
Il ne se passe pas une semaine sans que je repense à cette passion qui est la nôtre. De très bons moments,  des bons repas, des coups de gueule mais toujours de l’amitié et de la passion » Dixit.

Merci à Roger F qui fut durant plusieurs années un président des C.S.O. portant à bout de bras une asso. traversant une période pas facile du tout , de sa remarque qui vient du cœur : « que de souvenirs Guy. De très belle tables, des affrontements conviviaux et surtout des amitiés qui perdurent encore aujourd’hui ». Cette investissement ne fut donc pas en pure perte !

ds

« J’attaque ou je tiens ? »

vqsvq

Trois clubs d’un coup !

Bordeaux oblige !!

Bordeaux oblige !!

Episode 5 :  les règles

Vint le temps de la diversification. Avec le recul je dirais celui de la dilution. C’est à juste titre que le joueur souhaite voir autre chose mais « lorsqu’on a une main dans la poche droite on ne peut pas la glisser dans la gauche ». Les C.S.O. qui avaient approché l’époque napoléonienne via une version adaptée de la flèche et l’épée  mirent sur papier leur vision de la chose avec « des pyramides à Waterloo » ou simplement « Pyramides ». Puis ce fut « sabre et baïonnette » de jeux de guerre diffusion . L’époque était au 15mm sur Bordeaux alors que Toulouse pratiquait déjà « les aigles » en 25mm.

Une des premières parties bordelaises

Une des premières parties bordelaises

La multitude de règles napoléoniennes ne facilita pas les rencontres inter-club même si un contact fut établi alors avec un club de Grenoble. Qui dit nouveau venu dit nouvelle règle, « le dernier carré » était né,  le cercle infernal n’a d’ailleurs toujours pas de fin. Après avoir effleuré « Empire v » avec deux passionnés du 6 mm qui se reconnaîtront (l’un tint durant des années une échoppe spécialisée dans le marais et l’autre est devenu prof, personne n’est parfait)  nous aurions pu penser que l’excellente  règle de JC Raguet « Vive l’Empereur » allait tenir le haut du pavé pour la décennie à venir .  Que nenni,  JCR passa à la plaquette avec « de Bonaparte à Napoléon » et   les héritiers de la précédente la noyèrent lors d’un ravalement. A noter qu’en matière de « napo  »  les C.S.O se cantonnèrent, in situ,  toujours au 15mm et que le « fantastique » n’eut jamais droit de cité au club.

La période vue par les South London Warlords

La période vue par les South London Warlords

Je ne résiste pas à l'envie de vous proposer cette étude de A Touller réalisée dans la perspective  de la gravure de  sa gamme 15 mm

Je ne résiste pas à l’envie de vous proposer cette étude de A Touller réalisée dans la perspective de la gravure de sa gamme 15 mm

 

Episode 6 :  La récréation

Avant d’avancer dans le temps, un épisode consacré aux anecdotes du club me parait tout indiqué.Laissons parler les anciens et nouveaux sociétaires.

« Pour ma première partie au club mon partenaire était « le ténor » du moment, j’ai pris une telle tôle que j’en ai rêvé durant une semaine ! Mais j’étais contaminé ! »  nous dit Seb.

« Quelle surprise de se voir contourné par une unité de chevaliers passée à travers bois ! » nous dit Laurent.

« Souvenir d’Antika 90, la préparation fût tellement intense et prenante que j’ai failli divorcer » dit Rob.

« Ah la visite du maire lors de chaque Antika, un morceau de bravoure où il demandait des explications pour chaque table » dit Nico

« Je revois les « graillous  » bidouillés en commun où nous refaisions la partie , quels souvenirs ! dit Pascal

« Te souviens-tu d’untel qui s’arrangeait toujours pour se tromper à son avantage dans le décompte des points ? Quel pied, tout le monde le savait !

« Que dire de la partie WWII sur la règle « Cambrai to Sinai » ( les CSO ont de  la suite dans les idées, Non ?)  réactualisée en 98 par G Schahl qui dura 3 mn après 3 heures d’installation du décor ! En effet après le placement initial, un bombardement massif détruisit totalement  l’ennemi au premier tour et ce bien que 3 essais différents aient été joués ! Le désespoir du wargamer je vous dis.

 

Episode 7 : ANTIKA

ANTIKA est né pratiquement avec le club. Le premier  » ANTIKA » digne de ce nom s’est tenu dans le vieux Bordeaux en 1982 avec 8 tables et une dotation pour le vainqueur (une armée 15mm saxonne de chez Donnington gagnée par un Toulousain).  Personnellement je n’oublierai pas cet ANTIKA là car lors du repas de midi, le serveur me renversa le plat de confits de canards sur l’épaule !!  Au fil des ans ANTIKA s’est développé jusqu’à atteindre une vingtaine de tables fin 80/début 90.  Depuis l’installation du club dans la commune d’Eysines, la mairie soutient le club.  Elle met à sa disposition non seulement une salle dédiée  mais ANTIKA se tient tous les ans dans les dépendances d’un château rénové . De plus, ces années là, ANTIKA « ratisse » large, des amateurs de Paris, Bourges, Toulouse, Carcassonne, Limoges, Périgueux s’y côtoient et repartent, au moins, avec ce qui fait le renom de Bordeaux, une bonne bouteille.

L'affiche de 2003. Un dessin original de Michel Nolot

L’affiche de 2003. Un dessin original de Michel Nolot

Notre « convention » est devenue un incontournable du circuit, les villes invitées organisant à leur tour leurs manifestations. Il faut dire que le consensus obtenu autour de Kadesh y est pour beaucoup. Chaque année le député maire d’Eysines vient honorer la manifestation de sa présence et le journal local « Sud Ouest » traite du sujet. De grands millésimes comme on dit à Bordeaux !

Peut être que les photos suivantes parleront à quelques un ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Carcassonne contre Tulle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je le jette ce dé ou pas !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Y a que moi qui sait !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ribérac contre Périgueux, le derby !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le César d’or au vainqueur !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ribérac contre Toulouse

ANTIKA existe toujours mais pâtit de la multiplication des règles, il devient difficile de trouver plus de 2 clubs qui jouent la même. De plus, certains éléments moteurs ont pris leur vol pour d’autres cieux.  A suivre pourquoi pas un récap. des vainqueurs d’Antika tout au long de ces années et une plaque commémoratives des présidents de l’asso.

Episode 8 : Que de bon souvenirs

Avec les présidents et les bureaux qui se sont succédés au fil des ans.

Premier président P De Casanove, puis votre serviteur suivi de C Durin, A Touller, R Faucomprez, remoi, L Meziani.

On se souvient de nos brillants camarades : C Baure, x Barbaroux, x Parant, X Capel, x Nouzarede, C Thorin, C Prudhon , x Lumale, x Jublin, x Saubade, x Rouzo, P Pauzat, JL Besse ……

De nos adversaires valeureux lors des nombreux ANTIKA : D Rougier (vainqueur d’au moins 5 Antika), T Carillon, A Turpin, x Gabrielli, D Bazin, A Reynaud, x Gayout, S Deckramer … une partie de mes archives a disparu et je ne peux donc pas rappeler ici leurs exploits mais Mars, sur l’Olympe, s’en souvient surement.

——————————————————————-

A quoi sert un club : Une journée mémorable

C’était le 12 mars les alliés en retraite souhaitaient traverser le Niémen à Eysines (la Garonne est trop profonde !)

La journée avait bien commencé avec un timide soleil d’hiver au dehors mais beaucoup de promesses à l’intérieur dont une belle table de 6 m  de long coupée en son centre par le Niémen (ça sonne bien !).  Le Niémen, ils en rêvaient nos troupiers affamés poursuivis par les loups de Sibérie et leurs sinistres  valets prussiens, saxons et espagnols ( que sont-ils donc allés faire dans ce coin me direz-vous ?)

Bon ne nous laissons pas emporter, il s’agit en fait de faire participer un maximum d’adhérents du club !!

Passeront-ils ? Beaucoup de C.S.O. se le demandent ?

Passeront-ils ? Beaucoup de C.S.O. se le demandent ?

9 joueurs inscrits et présents à l’ouverture, mais 18 en début d’après midi ce qui transforma la partie en forum mais de quoi se plaint-on l’essentiel était d’y être. A noter que pour les palombes, les données sont exactement inverses !

Je ne me rappelle pas même du  scénario, chacun à pu s’en faire une idée sur place par contre le Saint Emilion était un chateau Rol-Valentin. Disons donc que le scénario était ambitieux et n’a pu être totalement réalisé à cause, notamment, des multiples  accrochages qui émaillèrent le chemin de nos « retraitants » .

Cinq brigades d’infanterie étaient présentes de part et d’autre ainsi qu’une division de cavalerie légère.

La partie débuta vers 10 h et s’acheva vers 17h 30 avec un début de passage du Niémen pour deux brigades alliées qui furent cependant malmenées en débarquant de l’autre côté. En effet, un parti de cavalerie ennemie avait trouvé le moyen de traverser nettement plus en amont.

Les principaux objectifs du jour ont été toutefois largement atteints :

– proposer une animation à thème d’une journée aux membres des CSO.
– resserrer les rangs (ce jour autour du napo.) alors que la dispersion nous guette.
– Bivouaquer « au pied levé » dans la traditionnelle ambiance des clubs.
– favoriser les échanges en dehors des habituelles réunions de club.

Pour une bonne journée, c’était une bonne journée (ces trois mots se suffisent à eux même).

Nota : Décors du club, figurines 15 mm minifigs et AB

Publicités
9 comments on “Ensate Acies ! (Serrez les rangs) – saga CSO ! –
  1. yves dit :

    Bravo ! Voilà un site qui s’étoffe…. mais étoffe de champion ! Super Frérot.

  2. ROUGIER dit :

    salut
    serait il possible que tu récapitule le palmarès des Antika (les 3 premiers) ?

  3. Roger dit :

    que de souvenirs Guy. De très belle tables, des affrontements conviviaux et surtout des amitiés qui perdurent encore aujourd’hui.

  4. TICKETDEBUS dit :

    R.O.L.A.S.O =
    Règle
    Officielle de la
    Ligue
    Antique (car notre trophée se nommait ANTIKA)
    du Sud Ouest

    cqfd….

  5. Et demain 01 novembre 2014 une nouvelle édition d’ANTIKA au château d’Eysines….
    Comme quoi les traditions sont tenaces chez les Centurions du sud ouest.

  6. Mahé Pascal dit :

    Bonjour

    Moi je monte toujours des armées de « 25 » comme on disait pour la »Gush » , « charges » et « Kadesh » et j’aimeria bien que Mr Pascal Gayout entre en contact avec moi par e-mail, si quelqu’un peut le prévenir,merci d’avance…

    Cordialement

    Pascal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :