Avant je ne traitais que des figurines historiques …. mais ça c’était avant !

Je ne les ai pas abandonnées pour autant.

Voilà deux escadrons de lanciers irréguliers espagnols.
Durant la guerre d’Espagne, certains nobles et/ou grands propriétaires terriens mirent sur pied de petites unités composées de leurs semblables et de leurs vaqueros enfin de résister aux Français. Les plus riches équipèrent leur petite armée perso d’uniformes colorés et imposèrent un semblant de discipline. Ces forces de qualité très médiocre se retrouvèrent engagées non seulement à l’occasion d’embuscades de type guérilla mais aussi lors de batailles rangées. Les plus célèbres sont peut être les « guarrochistas » composés de gardiens de toros andalous.

Vieilles figurines 15mm Minifigs.

Parenthèse américaine avec ces aztèques lanceurs de dards qui rejoignent ce jour leurs frères dans ma vitrine.

Publicités
Publié dans Non classé

Avant on cherchait la septième compagnie ….. mais ça c’était avant !

C’était avant que la septième se mette en quête de la 8ème afin de constituer un régiment de pupilles de la garde complet. J’ai retrouvé , dans la foulée, quelques figurines d’A Touller et ajouté un officier Minifigs et un caporal de la ligne. Dans ce cas là, les cadres endossaient un uniforme aux couleurs du régiment (vert ou blanc donc).

Voilà le résultat. Les jeunots étaient partis écluser une gueuse lambique en compagnie d’un escadron du 5éme dragon Belge (shako vert même si ça ne se voit pas ici). Je n’ai, par contre, aucune certitude en ce qui concerne le drapeau belge. A défaut j’ai intégré celui qui a précédé l’actuel, à savoir les mêmes couleurs mais à l’horizontal.

Un bataillon de milice belge va suivre.

Publié dans Non classé

Avant l’orphelin d’un militaire trouvait un boulot d’office ….. mais ça c’était avant !

Le régiment des Pupilles de la Garde est créé en août 1811 à partir des deux bataillons de vélites royaux hollandais (des orphelins fils de soldats morts en service), ce corps comptera jusqu’à 9 bataillons. En 1813 il n’en aura plus que trois, les autres ayant été peu à peu incorporés dans la jeune garde à mesure de la formation des régiments de tirailleurs et de voltigeurs. Pour la moitié des bataillons l’uniforme vert était de mise, blanc pour le reste (il fallait user les uniformes hollandais qui étaient blancs). Les pupilles étaient dotés de fusils de dragon mais il existaient aussi des fusil spéciaux plus courts : le fusil des pupilles. Les bataillons de 1813 furent engagés dans la campagne Belge et hollandaise couvrant les retraites françaises. Il existe une autre version : Napoléon aurait décidé la formation d’un régiment de pupilles à la naissance du roi de Rome afin de lui tenir lieu de garde. Le roi de Rome devait en être le colonel. Les incorporés avaient de 10 à 16 ans.

Prévu au départ pour être composé d’un régiment à 2 bataillons de 6 compagnies, le corps atteignit son apogée avec 9 bataillons à 4 compagnies. Un fanion aux couleurs nationales servait de drapeau.

Vieilles figurines Touller en deux versions. Les plus petites sont une première version de vrais 15 mm (la tendance étant plutôt 18mm, Alain regrava sa gamme), les plus grandes , la deuxième version. Le mélange répond bien aux caractéristiques des vélites (des enfants de 10 à 16 ans, 19 ans en 1813). Si je trouve 6 figurines de plus dans mes stocks, je compléterai mon régiment fort à cette heure de 6 compagnies.

Conformément à l’histoire, les cadres sont des adultes (le colonel à cheval, l’officier de gauche au 2ème plan).

 

Publié dans Non classé

Avant les dieux étaient réchauffés …. mais ça c’était avant !

Etre en short en enfer on peut comprendre, mais en déshabillé sur l’Olympe enneigé c’est fort !

Aphrodite, que veut-elle faire avec ses deux épées ?

Se peigner tous les matins avec cette tignasse, pas cool !

Hadès, pas très sympa le bougre, il marche sur des charbons ardents où quoi ! Peut être roi mais en loques tout de même. C’est surement du aux étincelles !

De dos

Publié dans Non classé

Avant Je ne l’avais pas ….. mais ça c’était avant !

Sur, si on me dit maintenant « toula » je réponds oui je l’ai !

Voici un bataillon du régiment de mousquetaires de Toula en 1808 et au 1/40éme. Toula est une ville située à 190 km au sud de Moscou. Fondée au XII éme siècle, elle a vu naître Tolstoï. A l’époque napoléonienne, l’uniforme russe classique est porté avec des distinctives vert clair. Le bataillon est à 4 compagnies et le drapeau de type lui aussi classique pour l’époque avec les couleurs suivantes : rouge, bleu ciel et blanc et le blason russe au centre. Le régiment fut de toutes les campagnes de l’Empire, d’Austerlitz à la campagne de France.

Ce sont de vieilles figurines 15 mm que je viens de retrouver. Des Minifigs, mais aussi des « Touller  » .

Publié dans Non classé

Avant ils trustaient le panthéon …. mais ça c’était avant !

Poursuivant la mise en couleur des figurines de la boite « Mythic battle pantheon » voilà les dieux des dieux, « the bosses » mythologiques !

ZEUS que l’on ne présente plus. Le Louis Bodin de la mytho. Très présent sur nos tête depuis quelque temps .

De dos.

HERA sa femme mais aussi sa sœur. Un tantinet jalouse, revancharde, dotée d’un gros melon ! A éviter quoi !

De dos

TiTyos, ce caillou est un géant, fils de Zeus, né sous terre d’où son allure. Pas fini si l’on en croit la mythologie.

Des « Toxotai », en fait des archers en grec. A mon sens ceux ci n’ont rien de grec, le graveur a donné libre court à son imagination. Je les ai peints parce qu’ils étaient dans la boite ……

Publié dans Non classé

Avant ils chantaient « la Fanchon » ….. mais ça c’était avant !

Le 3éme hussars existe encore. Après bien des vicissitudes il est caserné à Metz depuis 2011 et fait partie de la brigade franco allemande. Sa devise est toujours :  « il en vaut plus d’un ! ».  Le 3éme hussards est le seul régiment napoléonien à avoir des buffleries noires (blanches pour les autres). Son étendard portent les mentions de Valmy, Eylau, Iena, Friedland et Montereau plus des actions concernant les 2 guerres mondiales.

Le 3éme hussards vient rejoindre ses fréres 15 mm (les 1er, 5éme, 6éme et 7 eme hussards) dans ma vitrine. Il s’agit de figurines espagnoles ayant beaucoup de reliefs mais des détails incertains et des « boulettes » de coulage un peu partout. Les moules doivent être anciens. Les chevaux sont des AB. A noter la couleur de l’uniforme : une espèce de gris bleu pale franchement peu courant appelé « gris argentin ».

 

Publié dans Non classé