Avant les Russes hésitaient entre boire un canon et voir un canon … mais ça c’était avant !

De la méprise naquit la légende : le Russe ne lésine pas sur les canons quels qu’ils soient !

Le parc d’artillerie russe a évolué au cours des guerres napoléoniennes passant de 11 régiments d’artillerie à pied et 2 bataillons d’artillerie à cheval en 1805 à 28 brigades d’artillerie soit 1 par division d’infanterie en 1813 (de plus 22 compagnies lourdes et 11 légères existaient de manière indépendante). Les batteries alignent 12 pièces 1/3 de gros calibre (12), 1/3 de 20 livres et 4 canons plus légers. Petit raccourci qui n’évoque pas les évolutions des uniformes pour annoncer les photos ci dessous.

En matière de jeu, chaque artilleur représente un canon. Voici 2 batteries à pied encadrant une batterie à cheval.

En matière de jeu, chaque artilleur représente un canon. Voici 2 1/2 batteries à pied encadrant une demie batterie à cheval. Figs Minifigs des années 80, artilleurs à cheval AB.

Du léger.  2 batteries cosaques. Les canonniers sont peu expérimentés et ils utilisent de petits calibre (6) souvent récupérés.

Du léger. 2 batteries cosaques. Les canonniers sont peu expérimentés et ils utilisent de petits calibre (6) souvent récupérés. Figs Minifigs, old glory et AB

Pour ne pas les laisser seuls :

Un échantillon d'officiers russes en ma possession. On y retrouve des figurines Minifigs, des Olg Glory, des Naismiths, des AB. J'ai même 4 Atamans des cosaques (Platov) dont un en chemise ouverte (old glory)

Un échantillon d’officiers russes en ma possession. On y retrouve des figurines Minifigs, des Olg Glory, des Naismiths, des AB, des Essex. J’ai même 4 Atamans des cosaques (Platov) dont un en chemise ouverte (old glory)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :